c’est avant tout ma rencontre avec un homme, celui qui m’a donné envie de goûter au plaisir de la sensualité…

Au travers de ses récits, il me fit découvrir son univers, des plaisirs qui jusque là m’étaient inconnus. Au fur et à mesure que j’apprenais à le connaître, j’apprenais à connaître mes désirs les plus secrets. Je me laissais bercer, je vibrais, je frissonnais et m’autorisais, enfin, à apprivoiser cette partie de moi que je taisais. Et c’est ainsi que, sur ses précieux conseils, j’achetais mes premiers bas couture Cervin… La première fois que je les ai portés, ce fut pour lui… uniquement pour lui. Son anniversaire exactement… Le plaisir que je souhaitais lui apporter ce jour là, finalement, je me l’étais appropriée aussi. Je découvrais cette sensation d’être sensuelle et féminine. Au travers de photos que je faisais pour lui, j’apprivoisais mon corps de femme comme je ne l’avais jamais fait auparavant.

Tout ceci à distance effectivement… car cet homme, près de moi par la pensée, se trouvait à des kilomètres de moi. Les évènements nous ont éloigné, un temps, les mois ont passé. Mais, notre destin nous réservait un tout autre tour. Cette fois, nous avions choisi de nous découvrir, pour de vrai, dans notre réalité. Cette rencontre bien que réelle a eut ce gout d’irréel comme on ne peut le vivre que dans les films.

Et c’est invité à un dîner, que je me suis présentée à lui, sous ma jupe, des bas couture Cervin, ceux qu’il affectionnait tant… Son regard, son sourire, l’émotion qu’il suscita en moi ce soir là, jamais je ne m’étais sentie aussi belle et désirable… j’en rougi encore… rien qu’à l’évocation de ce moment.

Assis l’un à coté de l’autre, je jouais comme jamais à croiser les jambes car je savais qu’il était sensible au doux bruit des bas se frottant l’un contre l’autre. Ce soir là, j’ai senti le désir de cet homme pour moi…

Aujourd’hui, je ne sais pas encore si le destin me permettra de revivre un tel moment avec lui mais la chose dont je suis sûre c’est que ce vécu là, personne ne pourra nous le voler et jamais au grand jamais je ne pourrais porter mes bas couture Cervin sans penser à cet homme.

Cet homme, c’est mon garde du cœur.