L'histoire du bas couture

Du début de la soie, jusqu'au bas nylon à couture modernes

HISTORIQUE DES METIERS COTTON « FULLY FASHIONED »

Nous ne pouvons pas parler des authentiques bas couture sans relater une histoire humaine entre l’homme et la machine.
Au départ, dans les années 1900, le bas couture est fabriqué sur un métier artisanal ou métier en bois dont la société l’Arsoie possède un exemplaire. Un ouvrier peut alors produire 3 ou 4 paires de bas dans une journée.
Métier artisanal pour fabriquer les bas nylon

Dans les années 1920,

aux environs des années 1920 les premiers bas de soie jauge fine pour dames font leur apparition et contribuent à la renommée des bas de soie de Sumène. Les cours royales et impériales trouvent à Sumène les meilleurs ouvriers de France, qui consacrent à l’époque une journée entière à l’élaboration d’une seule paire de bas.

Les métiers de production française sont de 8 ou 12 sections et les productions deviennent alors plus importantes.

Dans les années 1930,

les métiers sont de 24 sections et la vitesse des métiers arrive à 40/50 rangées minutes, ce qui est très adapté à la production de bas 100% soie. Les BMC READING de ces années là servent exclusivement à la productions d’articles en 100% soie.

En 1939, c’est l’arrivée du nylon, découvert peu avant par William Carothers. Le nylon est utilisé comme fibre textile et le 15 mai 1940 (le célèbre Nylon Day) quatre millions de paires de bas nylon sont mises à la disposition du marché américain.

Aprés la 2° guerre mondiale,

le plan Marshall nous envoie les fameux métiers américains READING pour réindustrialiser le pays. Les métiers READING sont des métiers de grande production qui vont à 90/100 rangées minute. C’est l’avènement du bas nylon et de la Pin UP.


En 1962, la consommation du bas sans couture dépasse celle du bas à couture pour connaitre une apogée en 1965. L’arrivée de la mini-jupe de Mary Quant en 1967 sonne le glas du bas au profit du collant.

Bas nylon avec couture arrière