Je ne peux me lancer dans la ‘prose’ sans d’abord féliciter l’entreprise L’Arsoie pour la qualité de ses produits et la classe de son site. C’est toujours un plaisir renouvelé que de suivre les liens reçus. Bravo et merci sincères.

Voici quelques temps que je réfléchis à cette première expérience en bas couture et j’avoue qu’il y en a eu de deux sortes. Premièrement la passive, celle qui pour la première fois captiva mon attention. Cette ligne soulignant admirablement le galbe soyeux de l’élégance des magnifiques jambes de cette femme qui restera à jamais inconnue. Cette ligne qui se prolongea par ce talon exquis de finesse et paradant avec cliquetis marquant détermination et aimantant les regards, allant jusqu’à faire tourner les têtes.

Ô comme cette vision déclencha une envie irrésistible, le besoin pour moi aussi d’accéder à cette perfection de raffinement. Je me mis en quête d’acquisition de bas couture. Encore novice, je m’étais tourné vers des bas auto-fixants. Je demandais à la vendeuse d’une petite boutique spécialisée les précieux deniers et exprimais le désir d’acquérir une paire de bas couture. Ceux avec cet ovale qui se trouve en haut du bas, à l’extrémité supérieure de la couture.

Tout émoustillé, je rentrai chez moi procéder au tout premier essayage. Après avoir déballés et admirés mes bas coutures, je me mis délicatement à les plisser pour enfiler voluptueusement mon pied, comme je l’avais vu faire je ne sais plus où ( en réalité ou au cinéma). J’étirais ensuite le noble voile sur mes jambes faisant tourner mes doigts fébriles autour de mes chevilles, mollets, genoux puis cuisses. Vérifiant dans la glace le placement uniforme sur chacune de mes jambes, je me rappelle avoir découvert ces lignes encore non ajustées. Je pris un soin redoublé pour étirer ces coutures jusqu’à ce qu’elles soient parfaitement placées au milieu de toute la longueur des jambes et bien rectilignes. Je me rappelle que l’exercice présentât une certaine difficulté et jalousais presque ces femmes qui obtiennent le très séduisant effet avec tant de facilité. Ainsi paré, je restais seul dans l’intimité devant la glace à me sentir savoureusement séduisante.